Douleurs articulaires : les traitements naturels

Douleurs articulaires : les traitements naturels

Rédigé par: Victoria Publié le: 19/10/2021 Nombre de lectures: 217 Commentaires: 0


Suite et fin de notre grand dossier d’octobre consacré au retour de l’automne et des douleurs articulaires, qui gâchent la vie à bon nombre d’entre nous (si, si, les herboristes souffrent aussi !). Dans la première partie, nous avions identifié les principales causes, facteurs aggravants et maladies liées à ces douleurs articulaires : arthrose, arthrite, polyarthrite rhumatoïde, goutte, ménopause, météo. Place aux traitements naturels qui aident à lutter efficacement contre ces douleurs articulaires, qu’il s’agisse de plantes anti-inflammatoires, de plantes reminéralisantes ou encore d’huiles essentielles, qu’il est parfois judicieux de combiner (n’hésitez pas à demander conseil à votre herboriste préféré, de la pharmacie Fleurentin à Woippy).


La reine des prés


Les bienfaits antalgiques et antipyrétiques de la reine des prés (de son nom latin Spiraea Ulmaria) sont connus depuis l'Antiquité. Au cours du XIXe siècle, plusieurs chimistes ont réussi à en extraire l'acide salicylique : ainsi naissait la première aspirine (a pour "acétyle" et spir pour "spirée », le suffixe -ine désignant des composés chimiques). La substance active est en effet présente à l’état naturel dans la plante ; ses inflorescences sont une véritable "aspirine naturelle", car elles contiennent des salicosides, c'est-à-dire les précurseurs de l'acide salicylique. Ces derniers sont faciles à digérer et possèdent de véritables propriétés analgésiques, notamment pour les affections rhumatismales. Ils ont également un effet décongestionnant (atout non-négligeable en automne-hiver : la reine des prés peut être utilisée en infusion ou en inhalation pour traiter efficacement le nez bouché. Elle peut même aider pendant les crises de sinusite pour dégager le nez en drainant le mucus).


L’harpagophytum


En Afrique, l’harpagophytum est utilisée depuis toujours pour soulager de nombreux maux, notamment les douleurs rhumatismales et la fièvre. Son nom latin signifie "grappin végétal" et lui vient de ses fruits, dont les crochets se prennent dans les sabots et la fourrure des pauvres créatures de la savane, qui peinent à se débarrasser de cette « griffe du diable » (son autre nom traditionnel) ! Les harpagosides contenus dans ses racines sont des principes actifs aux propriétés anti-inflammatoires et analgésiques. Des études ont montré l'intérêt des extraits d'harpagophytum dans le traitement de diverses douleurs chroniques d'arthrose (genou, hanche). Ainsi, la plante apporte une contribution remarquable dans le traitement naturel des états inflammatoires aigus ou chroniques, puisqu’elle permet d’atténuer la douleur et même, d'améliorer la mobilité du patient dans le cas de certaines maladies rhumatismales.


Le cassis


En France, l'effet thérapeutique du cassis est démontré dès le XVIe siècle dans l'ouvrage "La vénerie" de Jacques du Fouilloux. Ce dernier lui attribuait la capacité de guérir les morsures de vipère. Il est ensuite décrit au XVIIIe siècle comme un remède universel, dans l'ouvrage "Les propriétés admirables du cassis" de l'abbé Bailly de Montaran. On lui attribuait alors un effet curatif "contre la fièvre, la variole, les vers et toutes les formes de morsures et de piqûres". Aujourd’hui, grâce à ses propriétés anti-inflammatoires et protectrices du cartilage reconnues, les feuilles de cassis sont prescrites pour soulager efficacement les symptômes de l'arthrite. Leurs actions antioxydantes et anti-inflammatoires aident à la régénération après les infections ou la fatigue causée par le surmenage.


Le saule


Salix, le nom latin du saule, signifie "près de" et "eau" en celte. Le saule, riche en acide salicylique (le prédécesseur de l'aspirine d'aujourd'hui) est utilisé depuis des milliers d'années pour soulager les douleurs articulaires ainsi que pour combattre la fièvre. Dans l'Antiquité, on employait des décoctions de feuilles et d'écorce de saule pour traiter les cors, les maladies de peau, la goutte et les otites. Ladite écorce est très riche en dérivés salicyliques (dont le salicoside) -dérivés transformés par le métabolisme en acide salicylique- qui confèrent au saule ses propriétés analgésiques ainsi qu'anti-inflammatoires, utiles pour les affections articulaires et osseuses.


Le curcuma


Le curcuma est utilisé en Asie depuis des milliers d'années pour ses propriétés curatives. Il est également utilisé comme épice et constitue un ingrédient du "curry". La curcumine, l'une de ses molécules actives, lui confère sa couleur jaune et en fait un colorant alimentaire naturel de premier ordre (E100)... Mais sa mission ne s’arrête pas là ! Elle diminue les inflammations, le stress oxydatif, le dysfonctionnement mitochondrial et améliore la santé globale et les performances sportives en agissant notamment sur les tendinites, les douleurs articulaires récentes ou encore l’arthrose. Le curcuma est donc reconnu et fort apprécié en Occident pour ses propriétés anti-inflammatoires, qui reposent principalement sur ses composants antioxydants volatils, les curcuminoïdes. Grâce à son effet antioxydant, il veille au bon fonctionnement du cœur, de la circulation sanguine et du foie.


La prêle des champs


La prêle des champs (equisetum arvense) est une petite plante discrète, assez répandue dans les prairies. Elle est l’une des grandes favorites au concours des plantes reminéralisantes grâce à son importante teneur en acide silicique (silicium) et se dote de nombreux autres minéraux tels que le calcium, le fer, le soufre, le zinc et le sélénium. Sa forte teneur en potassium stimule l'activité rénale. Le silicium contenu dans l'acide silicique aurait un effet stimulant sur le système immunitaire, car il participe à la formation des phagocytes, les cellules charognardes. La prêle est donc, à la fois, un très bon agent reminéralisant et un diurétique naturel fiable : la candidate idéale pour un drainage complet qui permet également de consolider les os fragiles en cas de fracture, d’arthrose ou d’ostéoporose. La plante favorise la fixation du calcium sur l'os, protège le cartilage et réduit l'inflammation. D'autres effets positifs concernent la formation et la stabilité du tissu conjonctif, des tendons, des ligaments, de la peau, des cheveux, des dents et des ongles. Elle est également bénéfique, à long terme, pour le cœur et les vaisseaux sanguins. D’autres ingrédients importants sur le plan thérapeutique sont les saponines et les flavonoïdes, qui renforcent, comme le silicium, le système immunitaire et ont des effets astringents, anti-inflammatoires et antimicrobiens.


Le bambou


Le bambou est l'une des plantes les plus riches en acide silicique : il en contient jusqu'à 77 % (surtout au niveau des nœuds). Ainsi, ses extraits stimulent la synthèse du collagène dans l'os et le tissu conjonctif et favorisent la restauration du cartilage détruit dans le cas de maladies articulaires. Il améliore la mobilité, l'élasticité et la stabilité de l'ensemble du système musculo-squelettique. Outre le fait de favoriser la granulation, le bambou est bénéfique pour tout l’appareil de soutien (articulations, disques intervertébraux, colonne vertébrale). Il favorise également l'élasticité de la peau. En herboristerie, on lui attribue des effets remarquables en cas de disques intervertébraux endommagés, d’arthrite, d’arthrose, d’ostéoporose, de rhumatismes musculaires, de sciatique et de lumbago.


La grande ortie


La grande ortie apporte un nombre considérable de nutriments, minéraux et vitamines dont notre corps à besoin. Elle renferme une forte concentration de potassium, de calcium, de zinc, de magnésium, de manganèse ; elle se nourrit, par ailleurs, d’éléments terrestres, dont le silicium minéral, qu’elle transforme en silicium organique pour mieux nous en transmettre les bienfaits. Cette silice agit un peu comme un ciment, qui permet au corps de fixer et d’assimiler les autres nutriments présents dans la plante et dans le reste de notre alimentation. L’ortie est également utilisée avec succès dans le traitement de l'arthrose et de sa forme aiguë, la polyarthrite rhumatoïde, grâce à ses propriétés anti-inflammatoires et antidouleur. Une étude menée par les universités de Francfort et de Munich a révélé que la consommation quotidienne de 50 grammes d'orties cuites à la vapeur permettait de réduire la dose quotidienne de diclofénac de 200 mg à 50 mg ! Malgré la faible dose, les patients qui ont mangé de la purée d'orties ont amélioré de 70 % leurs valeurs sanguines spécifiques aux rhumatismes et témoignent d’une nette amélioration en matière de douleur, mobilité réduite et raideur articulaire, soit autant que les patients qui n'ont pas mangé d'orties et ont continué à prendre la dose habituelle de diclofénac (200 mg).


La chondroïtine


Le sulfate de chondroïtine -souvent réduit à l’appellation « chondroïtine »- est une substance produite par les cellules du cartilage elles-mêmes. Elle est donc un composant endogène du cartilage qui inhibe sa dégradation et son inflammation, assure sa résistance à la pression et au stress, et peut être utilisée comme complément alimentaire ou remède naturel. Dans le cas de l'arthrose, elle se révélerait, a posteriori, aussi efficace (voire plus) que le médicament conventionnel Celebrex® (dont le principe actif est le célécoxib), comme l’a démontré une étude scientifique lors de la réunion annuelle de l'American College of Rheumatology à San Francisco, en 2015. Lors de cette étude, les chercheurs ont constaté que la dégradation du cartilage dans le genou était bien mieux réduite dans le groupe chondroïtine que dans le groupe célécoxib. Le professeur Pelletier, l’un des auteurs de l’étude, ne cache pas son enthousiasme face à une substance naturelle qui semble ralentir la dégradation du cartilage tout en permettant de réduire l'inflammation synoviale. Non seulement, la chondroïtine soulage la douleur, mais elle ralentirait le processus de la maladie. N.B. : le dosage, comme pour chaque traitement, a son importance. Dans l’étude précédemment citée, par exemple, 1200 mg de chondroïtine par jour ont été utilisés, alors que les recommandations pour la supplémentation en chondroïtine sont généralement plus faibles. Il est préférable de demander conseil à l’un des professionnels de l’herboristerie Fleurentin quant au dosage adapté. Du reste, les préparations à base de chondroïtine associent souvent d'autres substances actives utiles contre l'arthrose, comme le silicium et la glucosamine.


La glucosamine


La glucosamine (sulfate de glucosamine, sous sa forme bioactive) est une structure protéique spéciale produite par l'organisme, un sucre dit « aminé » dont le rôle est essentiel pour les articulations : elle participe à la formation des glycosaminoglycanes. En tant que composants du cartilage articulaire, ces derniers ont une fonction prépondérante dans le maintien de la santé et la régénération des articulations. Autrement dit, le sulfate de glucosamine, qui en quantité suffisante stimule la production de nutriments nécessaire à la viscosité et par conséquent, la qualité du liquide synovial*(épaississement marqué et augmentation de l'élasticité du liquide), favorise le processus anabolique dans le cartilage et peut ainsi contrer le rétrécissement de l'espace articulaire. Il comporte de nombreuses propriétés analgésiques et anti-inflammatoires.


* Notre cartilage n'est pas irrigué par le sang, mais il tout de même un tissu vivant. Il se renouvelle régulièrement, mais très lentement. C’est précisément grâce au liquide synovial (qui rend le cartilage glissant et maintient les articulations en bonne santé) que les substances de reconstruction atteignent le cartilage : elles y sont massées par le mouvement des articulations… Voilà, entre autres, pourquoi il est essentiel et sain de bouger régulièrement !


En résumé, la glucosamine provoque :

- une stimulation du cartilage articulaire et du liquide synovial ;

- une réduction des symptômes typiques de l'arthrose légère à modérée du genou, tels que la douleur et le gonflement ;

- un soulagement de la raideur et une plus grande mobilité de l'articulation du genou.


L’huile essentielle de gaulthérie


Anti-inflammatoire et analgésique, l’huile essentielle de gaulthérie aide à soulager toutes les douleurs musculaires liées à un effort physique intense, notamment les lombalgies, les étirements musculaires, les entorses, les crampes ou les douleurs dorsales. Elle combat les plaintes rhumatismales dans les climats froids et humides, où, heureux hasard, la plante prospère.


L'huile essentielle d’eucalyptus citronné


L'huile essentielle d’eucalyptus citronné est un puissant anti-inflammatoire, antispasmodique et analgésique, idéal pour soulager les plaintes rhumatismales (arthrose, arthrite), les affections articulaires ou musculaires (tendinites, surmenage, crampes musculaires, douleurs dorsales, lumbago) et les inflammations nerveuses (névralgie, névrite, sciatique). Elle est également calmante et aide à rétablir l'équilibre nerveux (anxiété, insomnie, stress). Enfin, l’eucalyptus citronné est antiseptique et combat les champignons et les virus ; la plante éloigne les moustiques, les poux et autres insectes et soulage également des piqûres.


L’huile essentielle de menthe poivrée


Lhuile essentielle de menthe poivrée peut contenir jusqu’à 60% de menthol. Ce dernier agit contre la douleur en stimulant les récepteurs au froid du corps humain et empêche ce dernier, pour ainsi dire, de fabriquer des substances pro-inflammatoires. Ses vertus rafraîchissantes (le fameux « effet froid ») sont idéales pour soulager la douleur en massant. Les articulations sont, par ailleurs, stimulées par son effet tonique. En cas d’arthrite, arthrose, tendinite ou encore entorse, le massage à l’huile essentielle de menthe poivrée est un grand classique !


L’huile essentielle de genévrier


L’huile essentielle de genévrier contient une grande quantité de monoterpènes (myrcène, sabinène, pinènes, widdrène) capables de lutter contre les douleurs rhumatismales et névralgies telles que les sciatiques. Ainsi, ses propriétés antalgiques en font un allié de choix, combiné à de l’huile végétale, pour lutter, en massage, contre des douleurs d’origines diverses : courbatures, arthrite, arthrose et rhumatismes.


L’huile essentielle de laurier noble


Les feuilles du laurier noble contiennent des flavonoïdes antioxydants, entre mille autres composants aux vertus thérapeutiques notables. Il a notamment été prouvé que l'huile essentielle de laurier noble a des effets antidouleurs, antispasmodiques et qu'elle favorise la circulation lymphatique. À très petites doses, les thérapeutes utilisent la plante dans les huiles de massage pour les muscles endoloris, les tensions et autres douleurs articulaires et musculaires.


L'huile essentielle de giroflier


L'huile essentielle de giroflier était déjà utilisée dans l'Antiquité, en raison de ses propriétés anti-inflammatoires, analgésiques et désinfectantes. Elle possède également un léger effet anesthésiant, ce qui explique que la plante ait été utilisée autrefois comme anesthésique local, notamment en dentisterie et en en obstétrique.


L’huile essentielle d’hélichryse italienne


L’huile essentielle d’hélichryse italienne est extraite d’une jolie plante médicinale aux fleurs jaunes, on ne peut plus polyvalente, surnommée « L'immortelle ». Elle a des effets décongestionnants, équilibrants, apaisants pour la peau, mais également anti-inflammatoires, antifongiques, fongicides, cicatrisants et analgésiques. On l’applique le plus souvent sur les ecchymoses et l’on s’en sert pour soigner la toux ; mais, c’est à souligner, elle neutralise admirablement les molécules impliquées dans le processus inflammatoire lié aux douleurs articulaires.


L’huile essentielle de Litsée citronnée


Particulièrement riche en aldéhydes terpéniques, l’huile essentielle de Litsée citronnée est connue pour ses multiples propriétés thérapeutiques. En premier lieu, pour ses vertus antidépressives et apaisantes : en diffusion comme en massage, elle est une aide précieuse pour venir à bout du surmenage et des baisses de moral. Antifongique et antiseptique cutanée, elle est également indiquée en cas de mycoses et de peau grasse. Anti-inflammatoire, elle est, enfin, fort utile en cas de douleurs musculaires, articulaires et autres inflammations.


L’huile essentielle de Romarin camphré


L'huile essentielle de romarin camphré est un remède naturel de premier ordre lorsqu’il s’agit les de combattre les douleurs articulaires et les inflammations. Sa force ? Elle diminue le diamètre des vaisseaux sanguins, s’attaque à la congestion veineuse (cellulite, les jambes lourdes et les varices) et induit une stimulation cardiaque assez conséquente pour booster l’organisme. Elle protège également le foie.


L’huile essentielle de Katrafay


Le Katrafay, (cedrelopsis grevei), parfois aussi appelé Katafray, est une plante majeure de la pharmacopée malgache. Fortifiante et tonique, l'huile essentielle de Katafray a récemment été admise dans le cercle très fermé des huiles essentielles à vertus anti-inflammatoires et antalgiques…. Apaisante, elle est préconisée en cas de grosse fatigue ou en cas de convalescence (elle est tonifiante et fortifiante), mais elle est également indiquée pour le confort articulaire et le soulagement des douleurs chroniques.


Si vous avez un doute sur l'une de vos commandes, si vous désirez un conseil personnalisé ou si vous ne trouvez pas l'un de nos produits sur le site, n'hésitez pas à contacter directement l'un des membres du personnel de la Pharmacie Fleurentin au 03 87 31 38 56, à nous écrire via ce formulaire ou à nous rendre visite au 2, rue de l'Église à Woippy.

Produits en relation

Prêle (bt 30)
Prêle (bt 30)

6,50€ Ex Tax: 5,91€

Ajouter au panier
Ortie feuille (bt 30)
Ortie feuille (bt 30)

6,50€ Ex Tax: 5,91€

Ajouter au panier
Saule (bt 45)
Saule (bt 45)

9,90€ Ex Tax: 9,38€

Ajouter au panier
Giroflier (5ml)
Giroflier (5ml)

6,90€ Ex Tax: 5,75€

Ajouter au panier
Laurier noble (5ml)
Laurier noble (5ml)

8,90€ Ex Tax: 7,42€

Ajouter au panier
Bambou
Bambou

11,50€ Ex Tax: 10,90€

Ajouter au panier

Articles en relation

Commentaires

Ecrire un commentaire